Goplana

Zelenski

le 23/10/2016

Varsovie, Teatr Wielki

par Didier van Moere

OEP576_1.jpg
Photo : Krzysztof Bieliński

 

Lorsque Juliusz Słowacki, poète phare du romantisme polonais avec Adam Mickiewicz, écrit sa tragédie Balladyna, il mêle les souvenirs de Shakespeare, aussi bien celui des ténèbres du crime que celui des esprits de la nature, à la ballade populaire et aux vieilles légendes nationales, deux fondements de la littérature et de la culture polonaises. Ainsi, l'héroïne tue sa sœur pour être sûre d'épouser Kirkor, un seigneur : son front porte alors une tache indélébile - comme la main de lady Macbeth. Elle repousse sa mère, qui en perd à moitié la raison - comme Lear. Quant à l'ondine Goplana, elle est éprise de Grabiec, un mortel amoureux de Balladyna ; il la repousse et elle le métamorphose en saule pleureur. La criminelle, à la fin, sera châtiée par le ciel lui-même.

Goplana devient l'héroïne de l'opéra de Władysław Żeleński (1837-1921), figure trop oubliée de la musique polonaise - qui a tout de même produit quelques talents entre Chopin et Szymanowski... Assez méconnu aujourd'hui même dans son propre pays, Żeleński, dont on ne joue guère plus que le poème symphonique Dans les Tatras, a été une grande figure de son temps, en particulier pour avoir fondé et dirigé le Conservatoire de Cracovie. Sensible à la nouveauté wagnérienne, présent à Bayreuth pour la création de L'Anneau, cet élève de Reber reste néanmoins plus proche de l'opéra français - il admirait beaucoup le Faust de Gounod. On entend ainsi dans Goplana, plutôt que des leitmotive, des motifs de rappel.

L'opéra est composé sur un livret de Ludomił German - qui avait déjà traduit Balladyna en allemand. Assez fidèle à la pièce de Słowacki, l'opéra en élimine néanmoins un certain nombre d'éléments : la mère de Balladyna, refusant de dénoncer sa fille, mourait sous la torture ; le personnage de l'Ermite, lié à l'histoire légendaire de la Pologne, a disparu... Mais Żeleński témoigne d'un métier très sûr, voire d'une belle subtilité pour l'évocation de la nature, en particulier de l'univers de Goplana, associant aussi des rythmes de danse, valse ou mazurka, à certains personnages, dans la lignée de Moniuszko. L'opéra fut créé à Cracovie en 1896 alors qu'il devait l'être à Varsovie, ce qui explique le passage de Balladyna à Goplana : la censure russe voyait d'un mauvais œil la représentation d'un opéra inspiré d'un poète devenu, comme Mickiewicz, le chantre de la nation opprimée... Le Grand Théâtre de Varsovie découvrit Goplana deux ans plus tard.

On ne l'y avait pas vu depuis 1921, année de la mort de Żeleński - seul Gdańsk l'avait représenté en 1971 et la Radio polonaise en avait donné une version de concert en 2000. Familier de l'univers de Słowacki, dont il a d'ailleurs mis en scène Balladyna, le metteur en scène Janusz Wiśniewski entretient aussi une intimité avec celui de Kantor. A ce carrefour se situe sa Goplana, qu'il débarrasse de tout pittoresque pour l'arracher à une certaine tradition polonaise. Certes sa lecture reste lisible : brumes grisâtres autour du lac, ondines sorties d'un livre de contes, costume de chevalier médiéval pour Kirkor... Mais dès le début s'avance un cortège de personnages très divers, morts ou vivants, militaires, blessés de guerre, mères à l'enfant, réfugiés, Christ portant sa croix, qu'on retrouvera pendant le ballet du troisième acte où l'on pense à La Classe morte de Kantor. La production joue ainsi sans cesse sur deux registres, oscillant entre le réel et le fantastique, fidèle à sa façon à l'esprit de Słowacki dont elle tente de renouveler la polyphonie des registres - ce que vise aussi la partition de Żeleński.

C'est là où échoue la direction de Grzegorz Nowak, qu'on a connu plus inspiré. Efficace et solide, certes, mais assez plat, il n'installe ni climat ni tension, avec également quelques décalages - on est d'autant plus étonné qu'il aime et défend la partition. Les dames dominent la distribution. Edyta Piasecka est bien le soprano lyrique-léger, à la limite du léger-colorature, de Goplana ; Wioletta Chodowicz, le spinto, à la limite du falcon, de Balladyna. Małgorzata Walewska fête ses vingt-cinq ans de carrière au Grand Théâtre ; même fatiguée, elle campe une mère impressionnante, d'une tenue vocale et d'une présence qui en font, finalement, l'héroïne de la production. Moins flattée par Żeliński, Katarzyna Trylnik émeut aussi en Alina, la sœur malheureuse de Balladyna. Le Kirkor d'Arnold Rutkowski et le Grabiec de Rafał Kamiński, en revanche, forcent leur émission et ne connaissent guère la nuance - s'il était moins engorgé, on leur préférerait le Kostryn de Mariusz Godlewski.

Si vous voulez découvrir Goplana, vous pouvez retrouver le spectacle en streaming sur le site du Grand Théâtre de Varsovie le 3 novembre : vod.teatrwielki.pl

D.V.M.


OEP576_2.jpg
Photo : Krzysztof Bieliński