Mirandolina

Martinu

le 23/06/2010

MC93 Bobigny

par Harry Halbreich

OEP81_1.jpg

Parmi les quatorze opéras achevés de Bohuslav Martinu, Mirandolina n’est certes pas un altier chef-d’œuvre comme Juliette, Passion grecque ou encore Les Jeux de Marie. Mais c’est une exquise et parfaite réussite dans un genre devenu rare au vingtième siècle : un véritable opéra-comique. Mûrie au chaud soleil de Nice durant les premiers mois de 1954, c’est la seule partition lyrique du compositeur sur un texte italien, un condensé très fidèle et efficace de la célèbre Locandiera de Goldoni, concocté par Martinu lui-même lequel, s’aidant des conseils d’un ami italien, en a tiré une musique d’une diction parfaite. Aussi est-ce toujours en italien qu’il faudrait la représenter, et on s’étonne que cette œuvre légère et peu coûteuse à monter (pas de chœurs) ne figure pas encore au répertoire de toutes les scènes transalpines. Comme tant de ses opéras, le compositeur ne l’entendit jamais, et sa création eut lieu en tchèque en mai 1959 à Prague où, exilé politique et déjà gravement malade (il mourut trois mois plus tard), il ne put se rendre. Après quelques rares productions, notamment en allemand, il fallut attendre le festival de Wexford pour en voir la création en italien le 18 octobre 2002, production qui a fait l’objet d’un excellent CD chez Supraphon. Nous venons d’en vivre la tardive création en France, par les soins de l’Atelier lyrique de l’Opéra national de Paris hébergé pour la circonstance à la MC 93, la belle et très vivante maison de la culture de Bobigny. S’il est parfait que nos banlieues profitent de ce genre de spectacle (accueilli très chaleureusement), il est temps à présent que l’ouvrage entre par la grande porte à Paris et ailleurs. Il conviendrait idéalement à l’Opéra-Comique.

 

En trois actes concis (une heure quarante), Mirandolina est un éclaboussement de couleurs gaies, de rythmes trépidants sans un temps mort, mais aussi une corne d’abondance d’invention mélodique, de tendre lyrisme et de l’humour le plus fin. Le Saltarello endiablé séparant les deux derniers actes pourrait faire l’objet d’un petit ballet et ferait un bis parfait à la fin d’un concert si seulement les chefs d’orchestre succombaient moins à « l’ennui fruit de la morne incuriosité » (Baudelaire dixit).

 

Bobigny nous a offert une très jolie production, mais sans la verve effervescente de celle de Wexford, qui pétillait comme du champagne. Aucun reproche grave, certes, si ce n’est un orchestre un peu maigre en cordes (question d’acoustique ?) et une direction soignée mais un peu sage (Marius Stieghorst). Mise en scène classique et sans surprise (Stephen Taylor), mais vivante et servant bien l’intrigue, costumes joliment colorés (modernes) de Nathalie Prats évoluant dans le cadre des décors de Laurent Peduzzi dont les éléments les plus efficaces sont deux portes, à battants côté jardin, à tourniquet côté cour.

 

Le compositeur a concentré l’action autour du Chevalier misogyne et de l’astucieuse aubergiste qui va user de toutes ses ruses de femme pour le mettre à ses pieds avant d’épouser sagement son fidèle valet Fabrizio. L’Atelier lyrique de l’Opéra de Paris privilégie évidemment les jeunes interprètes, c’est sa mission, et l’œuvre de Martinu convient parfaitement à un projet comme celui-ci, qui appelle moins des grandes voix que de bons comédiens. Venue de Lyon, Olivia Doray est une Mirandolina pétillante d’esprit et de malice à la voix fraîche et charmante, aux gestes et mimiques de vif-argent. C’est le rôle le plus exigeant, le seul qui demande (et reçoit) lyrisme et émotion dans son grand air du premier acte.

Aussi cette leste et accorte aubergiste ne fait-elle qu’une bouchée d’Alexandre Duhamel en Chevalier. Celui-ci est d’abord bourru et transi avant de prendre la fuite, furieux, sous les risées de Vincent Delhoume, Comte prétentieux et bouffi d’argent, de Damien Pass, Marquis fauché et râpé, et des deux jolies comédiennes incarnées par Carol Garcia et Aude Extrémo. N’ayons garde d’oublier le Fabrizio de Stanislas de Barbeyrac, souffre-douleur de sa patronne titillant sa jalousie avant de récompenser sa patience en l’épousant. Quant à la musique, plus qu’à un Rossini mâtiné de Smetana, je pense plutôt aux jolies comédies goldoniennes du germano-vénitien Ermanno Wolf-Ferrari, bien que chaque accord, chaque rythme, chaque intonation soit marquée de l’empreinte inimitable du grand Martinu.