La Somnambule

Bellini

le 31/01/2010

Opéra national de Paris, Opéra Bastille

par Chantal Cazaux

OEP47_1.jpg
Un sommeil peut en cacher un autrePrès de 180 ans après sa création, il n’était que temps que La sonnambula de Bellini (1831) fît son entrée au répertoire de l’Opéra national de Paris. Que ce soit avec Natalie Dessay dans le rôle-titre rend l’événement d’autant plus précieux, et l’on devine que malgré un livret gentillet et sans grande épaisseur, la soprano-actrice a à cœur de jouer un personnage en trois dimensions qui saura nous capter. Son rôle étant parsemé de certains des plus beaux airs belliniens pour la grâce desquels sa voix se prête à merveille, on se promet une belle soirée.C’est compter sans la production de Marco Arturo Marelli, venue du Staatsoper de Vienne où elle fut créée en 2001. Premier soupçon : dans le programme, le metteur en scène remplace la note d’intention d’usage – habituellement assez ramassée – par un texte de huit pages nous expliquant les tenants et aboutissants de sa transposition, et la mettant d’emblée sous le signe croisé de la psychanalyse et de Thomas Mann. On hérite donc d’une Montagne Magique en cyclorama de fond, et d’un sanatorium pour décor unique, tout en apprenant qu’Elvino sera un compositeur retiré au bord d’un lac (comme Bellini à Côme), pour faire le deuil de sa mère, une grande artiste chanteuse ou danseuse, etc. etc. Des dangers et comiques de l’art conceptuel, quand un placard mural de plusieurs paragraphes vous explique le sens véritable du cube blanc que vous avez sous le nez… Outre le fait que cette transposition n’apporte rien au livret de Romani, déjà irrigué d’une pré-idée de l’inconscient par le moyen de son thème somnambulique, il en perd aussi certains ressorts : Lisa, dans l’opéra, est l’aubergiste du village (rôle social de choix) ; ici, elle se retrouve barmaid, serveuse parmi les serveuses et au milieu du chœur des riches clients du sanatorium. Le comte, chez Romani, épaissit la dimension « gothique » de l’œuvre, allusivement donnée dès le départ avec ce château à fantôme que craint le village tout entier (on lorgnerait bien volontiers du côté de la Transylvanie…). Rien de tout cela avec Marelli, nous serons de bout en bout dans un décor unique où le chœur est figé, où Amina marchera sur la neige – sans s’enfoncer, comme d’Autres sur l’eau (il faut dire qu’entre l’acte I et l’acte II, c’est-à-dire en quelques heures à peine, il est tombé au moins 2 m de neige à l’extérieur, c’est presque Le Jour d’après d’Emmerich – une petite remontrance à la régie qui envoie la neige à quelques mètres de hauteur alors qu’on voit, au-dessus, un ciel parfaitement dégagé…). C’est gris, lourd, une sorte d’Art Déco contaminé par le monumentalisme : c’est au plus loin de la poésie bellinienne, du rêve, de l’émotion à fleur de peau que l’on attend. La seule touche de sourire vient finalement du livret lui-même, avec l’écho parodique des préparatifs de mariage détournés à l’acte II à l’accessoire près.Surtout, les seuls moments d’émotion viennent de Natalie Dessay, qui porte à elle seule la soirée. On aime habituellement beaucoup Evelino Pidò ; ce 31 janvier, les tempi lents et sans portée de son acte I, les récits laborieux, ont « somnambulisé » une partie de la salle, qui n’osait même plus applaudir à la fin des numéros. Le II s’améliora, sans doute par sa valeur comique d’abord, puis par la fameuse scène de somnambulisme d’Amina qui, pour le coup, réveilla le public, tout ouïe et tout émotion. On sait d’autant plus gré à la chanteuse d’avoir réussi cet exploit (faire taire les toux, suspendre les souffles, focaliser les regards sur le sommeil qui l’emportait comme un baume), qu’elle a semblé lutter contre les séquelles de la pharyngite qui lui fit faire une annonce le soir de la première, le 25 : une raucité échappée en poitrine, un aigu aménagé, un autre raccourci, un piano enfui mais immédiatement rattrapé – toutes ces petites fragilités, suprêmement maîtrisées, révélaient la haute technicienne, et n’entachaient en rien l’émotion qu’elle parvenait à faire jaillir de son Amina désemparée et mise à nu. Une certaine faiblesse dynamique dans le medium, certes… mais quelle projection dans l’aigu, et quelle pétillance quand Marelli, pour sa seule vraie bonne idée (pourtant pas très originale), lui fait interpréter sa cabalette finale en vraie diva, robe rouge et diamants, devant une réplique du rideau de scène de Garnier (où Dessay, certainement, aurait préféré projeter sa voix !). A-t-il senti que l’ovation bien évidemment déclenchée par ce cocktail « Dessay + diva au second degré + air virtuose » sauverait sa production ? Il est sûr que l’on préfère rester sur ce moment-là que sur la grisaille d’avant. A laquelle, pour tout prendre, on aurait préféré les Alpes de The Sound of Music, vues quelques semaines plus tôt au Châtelet !Le reste de l’équipe vocale manque un peu d’homogénéité: l’Elvino de Javier Camarena laisse apparaître des moyens qu’on voudra réentendre bientôt dans La donna del lago à Garnier (en juillet), Michele Pertusi est un Rodolfo très noble mais un rien étouffé, Cornelia Oncioiu sert une Teresa (la mère d’Amina) au timbre riche et au jeu assez subtil, mais Marie-Adeline Henry, dans le rôle de Lisa (doublement redoutable: il est antipathique et second soprano…) est desservie dans cette position par un timbre serré et une vocalisation contraintes – évidemment, face à Dessay, c’est cruel.Au final, une production « de star », où la star tient bien son rôle (c’est-à-dire, comme souvent avec Dessay, le rend intéressant), mais sans idée ni beauté autour d’elle. Et une drôle de Somnambule, qui nous réveille quand elle dort et nous endort quand elle veille.
OEP47_2.jpgPhotos Opéra national de Paris/ Julien Benhamou