Parsifal

Wagner

le 24/05/2022

Paris, Opéra Bastille

par Jules Cavalié


Simon O'Neill (Parsifal) et Marina Prudenskaya (Kundry). © Vincent Pontet/Opéra national de Paris

L’Opéra de Paris reprend la mise en scène de Richard Jones créée en 2018, et à quatre ans de distance elle conserve les mêmes qualités et surtout les mêmes manques que ceux constatés par Chantal Cazaux. L’équipe vocale a été largement renouvelée, le talent de directeur d’acteurs du metteur en scène britannique est intact : déplacements, gestes, regards, et plus encore tempo harmonieux du jeu des chanteurs sont au rendez-vous. Pour le reste, la mise en scène ne s’empare toujours pas de la dimension narrative de l’œuvre, certes ambigüe et multiple, elle illustre – dans une transposition finalement assez littérale – le propos de Wagner, sans chercher du côté de la complexité – parfois vertigineuse et effrayante – de Parsifal.
 
La direction musicale de Simone Young n’offre pas plus de lecture que la mise en scène. Après un premier acte où les décalages sont nombreux et certaines attaques approximatives, l’orchestre semble plus attentif pour les deuxième et troisième actes. Le son est ample, souple, mais Young ne fait pas vivre les tempos résolument lents qu’elle a choisis dès l’ouverture, qui sonne erratique, abandonnant le récit dès l’abord de l’œuvre. Seule intention sensible : Simone Young accélère délibérément pendant les musiques rituelles, toutefois la finalité de cette décision nous échappe, est-ce un amoindrissement de la solennité pour souligner la tragédie intérieure d’Amfortas qui ne peut se résoudre à accomplir le rite ? Ou bien une exaltation de la foi ?

Enfin si le plateau vocal s’en tire honorablement, il ne parvient pas à compenser la double absence de vision. Kwangchul Youn est un Gurnemanz bien disant, qui déclame son rôle avec les qualités d’un mélodiste, la Kundry de Marina Prudenskaya déploie de belles séductions vocales sans toutefois composer un véritable personnage, le Parsifal de Simon O’Neill a la puissance du rôle et montre bien l’évolution du personnage, mais le timbre est ingrat et le chant manque de souplesse. Brian Mulligan s’acquitte du rôle d’Amfortas avec conviction, et ce malgré une voix qui manque de velours, Reinhard Hagen est égal à lui-même dans l’excellence pour les interventions de Titurel, et Falk Struckmann compense par une diction terrifiante les marques du temps que porte sa voix. Enfin, on salue la belle homogénéité des Filles-Fleurs, dont on peut distinguer Claudia Huckle qui assume aussi la belle Voix d’en haut.

Jules Cavalié

© Vincent Pontet/Opéra national de Paris