Orphée aux Enfers

Offenbach

le 30/08/2019

Salzbourg, Haus für Mozart

par Didier van Moere



On ne s’en aperçoit pas beaucoup en France, mais c’est l’année Offenbach. Salzbourg, lui, n’a pas raté le coche : Orphée aux Enfers s’inscrit dans la série mythique de cette année 2019, confié au très talentueux Barrie Kosky. Le directeur de la Komische Oper berlinoise n’a d’ailleurs pas attendu le bicentenaire : en 2016, il programmait une Semaine Offenbach.

Son Orphée aux Enfers prolonge sa Belle Hélène par sa virtuosité jubilatoire et délirante. Mais il résout autrement le problème des dialogues, tous confiés à John Styx – du playback, donc. Sacré défi, incroyablement relevé par un Max Hopp hilarant ou pathétique – qui chante aussi ses couplets au troisième acte. S’identifier ainsi à tous les personnages, se faire aussi bruitiste relève du tour de force. Kosky Satan conduit le bal. Il revisite les frasques du Second Empire en les mâtinant de musical, de Moulin Rouge et, surtout peut-être, de cabaret berlinois des années 1930. Façon de ressusciter une certaine tradition germanique et de nous rappeler qu’Offenbach fut très longtemps familier du public berlinois ou viennois. C’est farcesque, loufoque, foutraque et grivois, très grivois même – avec une chorégraphie d’Otto Pichler à l’unisson, de l’impayable ballet pastoral dansé par des abeilles coquines au cancan des Enfers, où se repère la roue enflammée d’Ixion, sur laquelle trône un diable beaucoup plus chrétien. Une invention de chaque instant… et un spectacle au rythme d’enfer réglé au millimètre, au désordre souverainement maîtrisé.

Offenbach est plus à la fête que le chant français – étonnant, alors que l’Hexagone regorge aujourd’hui de voix faites pour ce répertoire, représentées par la seule Lea Desandre en très épisodique Vénus. La question, d’ailleurs, n’est pas seulement celle de l’articulation : il y va de la prosodie et, partant, de la ligne. Certes, comme tout est dit en allemand par Styx, qu’on voit donc plutôt Orpheus in der Unterwelt, cela gêne peut-être un peu moins... Et puis l’Eurydice de Kathryn Lewek, au centre de la production, féministe avant l’heure, brûle les planches, aigu et suraigu à revendre, le Jupiter clownesque de Martin Winkler en impose, Vasilisa Berzhanskaya est une Diane opulente, Joel Prieto un Orphée stylé, le ténor de caractère aigu à l’émission variable de Marcel Beekman convient tout à fait à un Aristée/Pluton androgyne. Fallait-il en revanche convoquer Anne Sofie von Otter, aussi irrésistible soit-elle en veuve de pasteur protestant… suédois ? Parce qu’une Opinion publique sans voix… On l’a même gratifiée, au début du troisième acte, d’une Barcarolle sur un poème de Théophile Gautier… celui de la dernière Nuit d’été berliozienne, qui passe plutôt mieux.

Joué par les Viennois, Offenbach sonne évidemment autrement – les pages moins débridées y gagnent une rondeur moelleuse, comme les premières mesures, où les bois font merveille, ou le Menuet de Jupiter. Enrique Mazzola, justement, s’il se déchaîne quand il faut, veille à capter la poésie de la musique du « Mozart des Champs-Élysées ».

Didier van Moere

À lire : notre édition d'Orphée aux Enfers : L’Avant-Scène Opéra n° 185
À paraître le 2 octobre : Offenbach, mode d’emploi par Louis Bilodeau


Photos : SF/Monika Rittershaus