La Damnation de Faust

Berlioz

le 08/12/2015

Opéra national de Paris, Opéra Bastille

par Chantal Cazaux

OEP510_1.jpg
Bryn Terfel (Méphistophélès), Dominique Mercy (Stephen Hawking), Sophie Koch (Marguerite) et Jonas Kaufmann (Faust).

La Damnation de Faust, on le sait, est un défi quand il s’agit de monter comme un opéra cette « légende dramatique » tout sauf théâtrale. Défi ô combien raté dans la nouvelle production de l’Opéra de Paris, pourtant si attendue (surtout pour sa brochette de stars chantantes). Le public a su faire la part des choses en applaudissant chaleureusement les interprètes avant de réserver au metteur en scène Alvis Hermanis une des plus formidables bronca jamais entendues à l’Opéra Bastille.

Car s’il fallait un spectacle pour servir d’étendard aux détracteurs de la mise en scène contemporaine l’accusant d’appliquer au forceps un concept préfabriqué sur une œuvre, ce serait celui-là. Hermanis veut nous dire que le Faust d’aujourd’hui, c’est le mathématicien Stephen Hawking – parallèle selon lui justifié par le fait que Hawking appelle à la colonisation de Mars, tout comme Faust est en quête d’un « ailleurs ». Personne ne s’est-il avisé du contresens fondamental de ce présupposé, qui rapproche deux visions profondément antithétiques – une errance passive due à un ennui métaphysique, et un programme technologique porteur d’un dessein pionnier ? Bref, ça ne marche pas. Or Hermanis ne fait pas dans l’allusion, il assène : citations de Hawking projetées sur les rideaux d’intermède, figuration du même via l’omniprésence en scène du grand danseur Dominique Mercy l’incarnant dans son fauteuil roulant, projet Mars One de la NASA (qui vise à établir la première colonie humaine sur Mars en 2025) convoqué du début à la fin de la scénographie… Las, on oublie Faust, ravalé au rang de figurant, Marguerite, plus prétexte que jamais, et même Méphistophélès et La Damnation, absorbés par l’apothéose finale d’un Hawking libéré de son fauteuil par une apesanteur miraculeuse. On espère d’ailleurs que le mathématicien a donné son accord à sa « présence » dans la production qui, malgré l’immense talent de Dominique Mercy, confine parfois au malaise tant il est avancé en caution intellectuelle autant que visuelle du spectacle. On passera rapidement sur la direction d’acteurs (lapidaire), le traitement des chœurs (absent), la chorégraphie d’Alla Sigalova (brouillonne et redondante). Moins rapidement sur les vidéos « de » Katrina Neiburga, qui sont le socle de la scénographie ; pour quelques associations d’idées acceptables sinon originales (des fourmis grouillantes pour la Marche hongroise, un volcan en éruption pour « Nature immense »), reste le triste exploit de rendre ridicule l’un des plans les plus magnifiques du Microcosmos : Le Peuple de l’herbe de Claude Nuridsany : deux escargots enlacés y étaient sublimes de sensualité, mais, crûment apposés ici sur « D’amour l’ardente flamme », font évidemment rire la salle sur l’entrée de Marguerite/Sophie Koch. Bravo à la mezzo de passer outre pour délivrer son air d’une voix épanouie et sûre, style au cordeau où le trait se remplit des touches généreuses d’un timbre plein et de registres magistralement conduits. Moins gênée par les baleines à bosse (!) du « Roi de Thulé », elle y est également remarquable – seul un soupçon de consonnes manque au tableau pour parachever l’intelligibilité du texte. Bryn Terfel, lui, tient les rênes de son tempérament pour soigner sa diction ; son Méphistophélès s’amuse, comme indifférent à ce qui l’entoure, sachant tonner ou denteler sa voix, le seul à maintenir en scène une forme de présence théâtrale en dépit de la cosa mentale qui voudrait l’y gommer. Curieusement, il est longtemps plus brillant de timbre que Jonas Kaufmann, lequel, à force de demi-teintes soigneuses, reste en retrait – moitié raideur, moitié intérêt (feint ?) pour son non-personnage, qui doit avant tout se projeter sur celui d’Hawking plutôt que d’exister par lui-même. « Nature immense » le voit pourtant déployer soudain les ailes de son timbre souverain, et s’imposer à l’avant-scène. Un peu tard. C’est pitié de voir réunis trois des plus grands chanteurs du moment dans une production aussi avare de pertinence dramaturgique, d’émotion visuelle et de beauté plastique. Bon Brander d’Edwin Crossley-Mercer (dont le « Rat » est… de laboratoire), chœurs manquant d’équilibre et de précision au soir de la première, et en fosse une légère déception avec la direction de Philippe Jordan qui « tient » ses troupes plus qu’il ne les lâche dans les grandes pages berlioziennes, ou les pousse parfois à plafonner de façon compacte. Charge (difficile) à lui de ramener en permanence vers Berlioz les esprits égarés entre une sonde Curiosity traversant le plateau et une vidéo de spermatozoïdes frétillant gaiment. Damned Damnation.

C.C.

Notre édition de La Damnation de Faust : L’Avant-Scène Opéra n° 22 (mise à jour 2015).

OEP510_2.jpg
Sophie Koch (Marguerite) et Jonas Kaufmann (Faust) devant Dominique Mercy (Stephen Hawking). Photos : Felipe Sanguinetti / OnP.