Caligula

Giovanni Maria Pagliardi

le 29/05/2019

par Olivier Rouvière

Jan van Elsacker (Caligula), Caroline Meng (Cesonia), Sophie Junker (Teosena), Florian Götz (Artabano, Domitio), Jean-François Lombard (Tigrane, Claudio), Serge Goubioud (Nesbo, Gelsa), Le Poème harmonique, dir. Vincent Dumestre ; marionnettes : Mimmo Cuticchio ; mise en scène : Alexandra Rübner.
Alpha Classics 716 (1 Blu-Ray). 2018. 1h23’. Notice en français. Distr. Outhere.

 

Nous avions assisté à la création de ce spectacle de l’ARCAL à Reims, en 2011 : le revoir huit ans après, dans un autre lieu (la captation a été faite au Tandem d’Arras) mais pratiquement avec les mêmes interprètes, confirme nos impressions, entre ravissement et légère frustration… Quelques mots sur le projet : il ne s’agissait pas de « ressusciter » une pratique baroque mais de tenter le mariage de deux univers scéniques populaires – ou qui le furent : l’opéra vénitien et le théâtre de marionnettes sicilien (les pupi de Palerme). Un mariage réussi suppose des concessions : on a dû tailler dans la partition choisie, tandis que les marionnettes renonçaient à leur castelet au profit d’une petite scène ouverte, où officient, à vue, les manipulateurs, vêtus de noir pour ne pas accaparer l’attention. Pareillement habillés, les musiciens se tiennent sur les côtés du plateau. Admettons qu’un temps d’adaptation est nécessaire pour entrer dans cet univers allusif et naïf, qui rappelle autant le monde oriental (le théâtre d’ombres chinois) que la geste chevaleresque (les pupi jouant prioritairement des extraits de la Jérusalem délivrée du Tasse). Mais on finit par se laisser envoûter par les poses impérieuses ou lascives des poupées, menées de main de maître par le magicien Cuticchio et dont, grâce à l’éclairage rasant et à la soigneuse réalisation vidéo (Jean-Pierre Loisil), on jurerait voir les yeux bouger, les traits se déformer. Ce qui est sûr, c’est que le héros, l’empereur Caligula, change de tête en cours de route (au sens propre et à vue), troquant son auguste visage contre une face anémiée au regard halluciné, évoquant parfaitement la folie qui l’habite. Typiquement vénitien, avec ses travestissements, ses tentatives de meurtre, sa duègne vacharde et ses lettres interceptées, le livret de Beregan (auteur aussi du Giustino mis en musique par Vivaldi et Haendel) propose une interprétation romanesque de l’histoire romaine : parce que son époux Caligula s’est épris d’une jeune reine mauritanienne, l’impératrice Césonia lui verse un philtre d’amour qui lui fait perdre la raison... Dans ce Caligula delirante, son tout premier opéra, créé à Venise en 1672, le Génois Giovanni Maria Pagliardi reste très proche du vieux Cavalli (encore vivant, à l’époque), tout en annonçant Steffani, à travers un mélange de récitatifs expressifs, de petits airs accompagnés par deux violons, de lamenti chromatiques et de duos ornés. Si les coupes sombres dans la musique gênent un peu (surtout en début de spectacle), si les toiles peintes (par Isaure de Beauval) restent trop discrètes, l’effectif de chambre choisi - six chanteurs, jouant neuf rôles, et sept instrumentistes - s’avère payant. Varié, coloré sans être étouffant, le continuo pétille, tandis que les cordes frottées rivalisent d’expressivité (on croirait voir le poison couler sous l’archet du violiste Lucas Peres). Côté chanteurs, on apprécie davantage la radieuse et vibrante Teosena de Sophie Junker que sa rivale Cesonia qui, confrontée à un rôle plus dramatique, abuse parfois des ports de voix, et l’on préfère la sobriété du contraltino Jean-François Lombard au chant éloquent mais un peu maniéré des ténors Jan van Elsacker et Serge Goubioud. Malgré ces réserves, une création originale et pleine de charme…

Olivier Rouvière