Serse

Haendel

le 19/11/2018

par Jean-Charles Hoffelé

Gaëlle Arquez (Xerxès), Lawrence Zazzo (Arsamene), Elizabeth Suthpen (Romilda), Louise Alder (Atalanta), Tanja Ariane Baumgartner (Amastre), Brandon Cedel (Ariodate), Thomas Faulkner (Elvori), Frankfurter Opern- und Museumorchester, dir. Constantinos Carydis, mise en scène Tilmann Köhler (Francfort, janvier 2017).
DVD C Major 747908. Notice en français, anglais, allemand. Distribution DistrArt Musique.


Adieu beaux jardins de Serse, à Francfort on vous fait la Perse aujourd’hui mais plus du tout en Perse. C’est le monde moderne anonyme, décors plats, tous les protagonistes en costume lambda, cela pourrait se passer dans les bureaux d’une multinationale, pour mieux souligner ce que Tilmann Köhler entend d’abord dans le drame mis en musique avec tant d’imagination par Haendel : une parabole sur la chute des civilisations et la montée des dictatures. Voilà donc une fois de plus le caro Sassone victime de l’universalité et de la permanence historique de son sujet.

Le spectacle impeccable, assorti d’une direction d’acteur assez fine, ne tirerait pas autant à la ligne si le metteur en scène investissait ses personnages autrement qu’en leur tenant la bride si serrée. Pourtant Gaëlle Arquez passe outre, Xerxès travesti saisissant de vérité dramatique, pour elle on doit voir ce spectacle glacial et sombre, à l’esthétique si inutilement léchée, et l’entendre pour les autres : le bel canto de Lawrence Zazzo qui n’oublie jamais de chanter espressivo sculpte ou soupire les plus belles pages qu’ait écrites Haendel dans son opéra, tout comme Elizabeth Suthpen, Romilda inspirée qui distille des couleurs mozartiennes. Tanja Ariane Baumgartner plie ses grands moyens pour concentrer son chant au service des errements psychologiques d’Amastre, Louise Alder soigne son Atalanta, tous sont portés par le vaste continuo que distille avec art Constantinos Carydis : écoutez comment il anime son orchestre de couleurs et d’émotions, creusant le drame, suspendant le temps, plus metteur en scène que le metteur en scène lui-même. Mais voir Serse au DVD reste un défi sinon un supplice : ni le spectacle historique de Nicholas Hytner, ni la timide relecture de Michael Hampe ne rendent justice au chef d’œuvre de Haendel, cette dernière venue partage leur infortune.

Jean-Charles Hoffelé