Mort à Venise

Britten

le 19/11/2018

Révérence

par Jean-Charles Hoffelé

John Daszak (Gustav von Aschenbach), Leigh Melrose (le Voyageur, le Gondolier, le Directeur de l’hôtel, le Barbier, la Voix de Dionysos), Tomasz Borczyk (Tadzio), Anthony Roth Costanzo (la Voix d’Apollon), Solistes, Chœur et Orchestre du Teatro Real de Madrid, dir. Alejo Pérez, mise en scène Willy Decker (17 et 19 décembre 2014).
DVD Naxos 2110577. Notices et synopsis en anglais. Distr. Outhere.


Peu à peu le Tetro Real assemble un cycle Britten qui vise à la perfection. Hier nous saluions un exemplaire Billy Budd, aujourd’hui nous parvient la captation élégante et profonde, réalisée par les caméras de François Roussillon, de Mort à Venise selon Willy Decker. Les madrilènes voyaient pour la première fois l’ultime opéra de Britten alors même que les catalans avaient eu au Liceu la primeur de cette même mise en scène dès 2008. Willy Decker, auteur d’un Peter Grimes d’anthologie, montre décidément bien des affinités électives avec l’univers de Britten : sa régie inféode la scène à la musique, une aubaine pour une œuvre comme Mort à Venise, toujours aux frontières de l’onirisme, dont l’orchestre gris et le gamelan obsessionnel règlent des paysages émotionnels subtils que reflètent les incessants changements de décors. L’eau grise et morte de la lagune, l’azur libérateur du Lido, Tadzio, son maillot de bain arraché par ses camarades de jeux, dansant nu corps à corps avec Aschenbach puis l’embrassant sur la bouche dans une vidéo onirique, tout ici est montré autant que la musique de Britten se plaît à désigner.

Car pour Willy Decker, Aschenbach c’est Britten lui-même, conscient de la maladie, de l’approche de la mort, pour qui le désir n’est plus qu’un rêve que seul Tadzio pourrait réinventer, comme le montre une scène terrible où tous les hommes soudain dénudés viennent se proposer à l’écrivain impuissant. Cette plongée dans l’inconscient du créateur ­ que ce soit Britten ou Mann ­, si elle fait écho au film de Visconti, ne le cite jamais, distance libératrice qui force les chanteurs à devenir entièrement leurs personnages.

Le tour de force de Leigh Melrose endossant les innombrables caractères dont Britten l’a chargé, laisse pantois, mais pas autant que l’incarnation effrayante de John Daszak, Aschenbach faisant face à sa propre mort, étranglé de désir devant un Tadzio moins énigmatique qu’à l’habitude, incarnation d’un désir inextinguible que souligne encore l’orchestre méphitique, bariolé d’un orient de choléra, que distille avec une sorte de perversion empoisonnée Alejo Pérez. La plus accomplie des Mort à Venise au DVD ? En tous cas une alternative indispensable au spectacle moins provocateur de Deborah Warner.

Jean-Charles Hoffelé