Histoire du soldat

Stravinsky

le 05/11/2018

Révérence

par Chantal Cazaux

Didier Sandre (le Lecteur), Denis Podalydès (le Soldat), Michel Vuillermoz (le Diable), dir. Jean-Christophe Gayot (enreg. 2017).
CD Harmonia Mundi HMM 902354. Livret français + traduction en anglais, notice bilingue. Distr. Harmonia Mundi.

« Édition du centenaire », nous dit la couverture. De fait, le mélodrame composé par Igor Stravinsky en 1917 sur un livret de Charles Ferdinand Ramuz fut créé en septembre 1918 à Lausanne. Cet enregistrement de studio, réalisé en avril 2017, est donc publié pour l’anniversaire de l’œuvre, et sa sortie fut concomitante d’un concert donné en octobre dernier au Théâtre des Champs-Élysées – salle qui avait accueilli la première française de l’Histoire du soldat en 1924.

L’équipe réunie est de premier rang : trois comédiens du Français et sept musiciens de l’Orchestre de Paris servent ici ce conte cruel et drolatique, dans un exact équilibre entre verve engagée et évocation abstraite. Les rares réserves que nous avait inspirées le concert, tenant parfois aux modes de jeu théâtral et vocal assez disparates isolant Didier Sandre, Lecteur joueur mais parfois un peu contraint par la mise en place rythmique, Denis Podalydès, Soldat plutôt distancié, et Michel Vuillermoz, au contraire très truculent et coloré, et à une disposition sur le plateau par définition privée de circulation théâtrale, sont ici balayées par une très belle prise de son qui valorise justement ces différences et les confronte de façon fluide, rapprochant les trois individualités et les fusionnant dans des atmosphères acoustiques aux profondeurs et aux résonances variées.

Sous la direction de Jean-Christophe Gayot, la réalisation musicale est également favorisée par ce travail de studio, se permettant des dynamiques éclatantes sans craindre pour l’équilibre avec les voix, s’enchaînant avec un grand naturel et déployant une palette de coloris très subtile. L’on suit ici avec gourmandise l’histoire et son soldat, ses paysages et situations, ses distorsions imaginaires – narratives et musicales –, au gré de coloris tantôt circassiens, tantôt poétiques. Une version très incarnée de l’Histoire du soldat, propre à faire référence, d’autant que le livret de présentation, à la réalisation soignée, contient le texte intégral de l’ouvrage.

Chantal Cazaux.