Français  Anglais
Facebook

Recherche rapide par titre ou compositeur

Critiques cd-dvd et livres

NORMA Révérence

Bellini

Cecilia Bartoli (Norma), John Osborne (Pollione), Sumi Jo (Adalgisa), Michele Pertusi (Oroveso). International Chamber Vocalists, Orchestra La Scintilla, dir. Giovanni Antonini (2011-2013).
Decca 4783517. Distr. Universal.

 

Une Norma philologique ? Le chemin en était tracé depuis un certain temps. En 1964 déjà, Richard Bonynge rétablissait les tonalités d'origine de certains airs au profit d'une étourdissante Joan Sutherland, puis dans les années 1980 Fabio Biondi restituait pour partie l'orchestre originel voulu par Bellini, entreprises fascinantes mais imparfaites. Ces prémices ont donc enfin trouvé leur complétude.
Cecilia Bartoli n'est pas novice chez Bellini. On a en mémoire l'émotion ressentie devant sa relecture drastique de La sonnambula : poésie, invention, art vocal naturellement belcantiste que minorait simplement une relative inadéquation entre le caractère naturellement expansif de la cantatrice et le personnage lunaire d'Amina. Ce hiatus cesse ici car la grande prêtresse tombe comme un gant dans la psychologie de la mezzo - et également dans sa vocalité, si l'on accepte le pari d'une Norma plutôt vue au travers du registre et du caractère de la Malibran et non plus de Giuditta Pasta. Certains frémiront d'entendre « Casta Diva » d'une part si bas (on est au diapason 430) et d'autre part si artificieusement réalisé, avec soufflets et ornementions fragmentées ; mais comme, soudain, la syntaxe bellinienne s'anime, comme enfin la ligne musicale n'est plus cette suspension générique, comme les couleurs ambrées de ce timbre se reflètent et se marient avec ceux de la grande flûte traversière en bois que Giovanni Antonini restitue enfin ! Cela vous change totalement le paysage musical de Norma, au point que l'œuvre prend un caractère moins uniment dramatique. Si Bartoli se réclame de Malibran, en l'entendant mordre dans les mots et orner avec autant d'art que de rage nous pensons sans cesse à Callas, même si elle ne peut prétendre au grand falcon que les écarts de tessiture exigés par Bellini désignent dans l'absolu. Mais baste, l'incarnation est clouante, l'art vocal incroyable jusque dans ses maniérismes, et la compagnie de chant assez relevée pour l'accompagner jusqu'au bout de son projet, du Pollione très stylé de John Osborne, un modèle qui en remontrerait à bien des ténors italiens, à l'Oroveso si noble de Michele Pertusi, en passant par l'Adalgisa subtilement dessinée de Sumi Jo qui, dans ce diapason, trouve un medium plein qu'on ne lui connaissait pas. Le drame se déroule, inexorable, et autant que les chanteurs l'orchestre le réalise, personnage à part entière soudain dévoilé. Cette révélation supplémentaire souligne enfin la pertinence du geste orchestral de Bellini, si longtemps élimé par des lectures génériques qui en ignoraient les dynamiques, les accents et le style. C'est d'abord par lui que cette Norma singulière se réalise et emporte nos suffrages.

Jean-Charles Hoffelé

Retour liste cd-dvd-livres


Paiement sécurisé



L'Avant-Scène Opéra

15, rue Tiquetonne
B.P. 6244
75062 Paris
Cedex 02


Tél : 01 42 33 51 51
(+33) 1 42 33 51 51
Fax : 01 42 33 80 91
(+33) 1 42 33 80 91


VOS COMMANDES

 
 

Attention !

Notre service commercial sera fermé du 19 mai à 12h au 28 mai 2017. Les commandes seront expédiées à partir du 29 mai.

 



SPECIAL ETUDIANTS

 

25 % de réduction accordée aux étudiants: merci de s'enregistrer sur le site et de nous adresser la copie de votre carte d'étudiant par mail à contact@asopera.fr pour obtenir un code promo personnel.



NOUS LIRE EN PDF

Vous pouvez lire notre revue, et l'imprimer, grâce aux fichiers PDF (et ePub pour certains titres)  téléchargeables après payement. La qualité d'affichage (haute ou moyenne) de ces fichiers est indiquée et varie selon la date d'édition de la revue. Ils sont destinés à un usage personnel, privé et gratuit.