Français  Anglais
Facebook

Recherche rapide par titre ou compositeur

Critiques cd-dvd et livres

Hippolyte et Aricie

Rameau

 

Sarah Connolly (Phèdre), Stéphane Degout (Thésée), Anne-Catherine Gillet (Aricie), Topi Lehtipuu (Hippolyte), François Lis (Jupiter, Pluton), Jérôme Varnier (Neptune), Andrea Hill (Diane), Aurélia Legay (la Grande Prêtresse), Jaël Azzaretti (l'Amour), Marc Mauillon (Tisiphone), Aimery Lefèvre (Arcas), Manuel Nunez Camelino (Mercure), Le Concert d'Astrée, dir. Emmanuelle Haïm, mise en scène : Ivan Alexandre (Paris, 2012).

Erato. Distr. Warner Music.

 

Cette seconde intégrale d'Hippolyte en DVD nous parvient quelques mois après la version de Glyndebourne (Opus Arte), bien qu'elle ait été enregistrée l'année d'avant. On y retrouve un certain nombre des solistes qui faisaient le prix de la lecture de Christie, à commencer par deux superbes têtes d'affiche, Sarah Connolly et Stéphane Degout - elle encore supérieure ici, en termes de projection, de présence et de férocité (surtout à l'acte I), lui légèrement moins précis, parfois fatigué (il transpose toujours les mêmes notes graves) sans cesser d'être émouvant, imposant et bien chantant. Retour aussi de l'excellent François Lis dans deux des trois rôles divins tenus chez Christie et du luxueux Arcas d'Aimery Lefèvre. Si la Diane d'Andrea Hill, puissante mais un peu lourde, ne vaut pas celle de Katherine Watson, l'Amour (et le Rossignol) étincelant et fruité de Jaël Azzaretti constitue l'un des meilleurs atouts de cette version. Côté rôles-titres, Topi Lehtipuu campe un Hippolyte suave, aux belles demi-teintes, moins viril et incarné que celui d'Ed Lyon, tandis qu'à nouveau Aricie apparaît mal distribuée, Anne-Catherine Gillet décevant par une voix trop haut placée et nerveuse, poussée dans ses retranchements par un rôle central. Direction décevante aussi, univoque et littérale, privée de sensibilité et de nuances d'une Emmanuelle Haïm à laquelle on préfère encore son mentor, en dépit de ses maniérismes - les ensembles, chœur et orchestre, faisant alterner efficacité et indifférence.

 

La mise en scène d'Ivan Alexandre se situe aux antipodes de celle de Jonathan Kent. Sans tomber dans les outrances de la reconstitution (ouf, pas d'éclairage à la bougie), elle fait appel à tous les fastes du baroque à travers les décors somptueux et ludiques d'Antoine Fontaine évoquant ceux de Servandoni ou les prisons de Piranese, et les costumes peut-être encore plus réussis de Jean-Daniel Vuillermoz, avec leurs camaïeux patinés, caparaçonnés pour les hommes, vaporeux pour les femmes. Le jeu avec les toiles peintes, portants et, surtout, machines (chaque dieu a la sienne - devinez qui a la plus grosse ?) introduit une note d'humour que tient tout au long du spectacle un Amour facétieux, transformé en mouche du coche. Mais Alexandre a surtout voulu rendre sa dignité tragique à l'œuvre - traitée par son rival immédiat comme un grand fourre-tout bidonnant -, veillant à ce que les échanges entre les personnages ne se départissent jamais de la réserve exigée par leur stature héroïque (frontalité revendiquée), faisant en sorte d'étouffer les individus (presque jamais seuls) sous la lourdeur faussement festive du protocole ou les noyant dans un univers aussi changeant que cauchemardesque (le jubé des Enfers d'où pendent, tête en bas, des Parques-chauve-souris). Une lecture qui concilie (trop ?) intelligemment les mondes de la fête courtoise et de la tragédie.

Olivier Rouvière

Retour liste cd-dvd-livres


Paiement sécurisé



L'Avant-Scène Opéra

15, rue Tiquetonne
B.P. 6244
75062 Paris
Cedex 02


Tél : 01 42 33 51 51
(+33) 1 42 33 51 51
Fax : 01 42 33 80 91
(+33) 1 42 33 80 91


VOS COMMANDES

 
 

Attention !

Notre service commercial sera fermé du 19 mai à 12h au 28 mai 2017. Les commandes seront expédiées à partir du 29 mai.

 



SPECIAL ETUDIANTS

 

25 % de réduction accordée aux étudiants: merci de s'enregistrer sur le site et de nous adresser la copie de votre carte d'étudiant par mail à contact@asopera.fr pour obtenir un code promo personnel.



NOUS LIRE EN PDF

Vous pouvez lire notre revue, et l'imprimer, grâce aux fichiers PDF (et ePub pour certains titres)  téléchargeables après payement. La qualité d'affichage (haute ou moyenne) de ces fichiers est indiquée et varie selon la date d'édition de la revue. Ils sont destinés à un usage personnel, privé et gratuit.