Français  Anglais
Facebook

Recherche rapide par titre ou compositeur

Critiques cd-dvd et livres

HIPPOLYTE ET ARICIE

Rameau

 

Sarah Connolly (Phèdre), Stéphane Degout (Thésée), Christiane Karg (Aricie), Ed Lyon (Hippolyte), François Lis (Jupiter, Pluton, Neptune), Katherine Watson (Diane), Emmanuelle de Negri (la Grande-Prêtresse), Ana Quintans (l'Amour), Matthias Vidal (Un suivant de l'Amour), Aimery Lefèvre (Arcas), Samuel Boden (Mercure), Orchestre de L'Âge des Lumières, Chœur de Glyndebourne, dir. William Christie ; mise en scène : Jonathan Kent (2013).

DVD Opus Arte 1143 D. Distr. DistrArt Musique.

 

C'est avec une version haute en couleurs que le premier chef-d'œuvre de Rameau fait son entrée au Festival de Glyndebourne comme au catalogue vidéo. L'affiche promet beaucoup ; le résultat laisse plus partagé. Notamment en ce qui concerne la mise en scène de Kent, qui se veut iconoclaste - surtout comparée aux dernières productions « à l'ancienne » vues à Paris, celle de Villégier en 1996 et celle d'Alexandre en 2012. L'action débute dans un gigantesque frigo, empire de la frigide Diane (déguisée en santon de gâteau des rois) que vient bousculer l'Amour (un poussin rouge). Si ce second degré ne convient pas mal au Prologue, il affaiblit incontestablement l'acte II, celui des Enfers : nous sommes désormais derrière le frigo, là où s'entasse la poussière et où croupissent les sujets de Pluton, mélanges de batraciens et de poissons d'argent tout droit venus de Hellboy - et l'on se croit alors chez Platée plutôt que dans Hippolyte et Aricie... Pour compenser la drôlerie anodine de ces passages, Kent transporte les actes I et V dans des univers très sombres (une chambre froide, une morgue), ce qui a davantage pour conséquence d'écraser les protagonistes que d'intensifier la tragédie. En définitive, seul l'acte III, qui joue d'effets plus éprouvés, convainc totalement : l'appartement bourgeois du couple Phèdre / Thésée vu en coupe (avec Hippolyte rongeant son frein dans sa chambre d'ado) y sert de cadre à un superbe affrontement entre beau-fils et marâtre, digne des meilleurs mélos hollywoodiens, et l'arrivée théâtrale de Thésée porte la tension à son comble. Ici seulement, la direction d'acteurs, classique mais fignolée, confère quelque chair aux personnages. Pour le reste, la scénographie - qui ne manque pas d'idées : on ne déflorera donc pas une image finale assez frappante - batifole avec trop de complaisance dans un univers fantastique peu propice à l'émotion. D'autant qu'elle n'est guère secondée par une chorégraphie à peu près inexistante !

La lecture instrumentale, fort vive, se contente souvent elle aussi d'une jolie « ligne claire », notamment dès qu'il s'agit d'évoquer les enfers ou les plus noirs tourments - Christie n'hésitant pas à recourir alors à ses sempiternels trémolos et sanglots de dessin animé. Un peu raide et scolaire en début de soirée (avec des récitatifs moins souples que dans la version discographique des Arts Florissants), l'Orchestre de l'Âge des Lumières libère peu à peu ses couleurs radieuses, de même que le chœur. Mais les solistes compensent par leur panache et leur présence scénique ce que le reste de la production peut avoir d'artificiel : on retrouve avec grand plaisir le couple Connolly / Degout qui fit récemment les beaux soirs de Garnier, impériaux tous deux en dépit d'une relative absence de graves - elle, superbement drapée de robes haute couture, réveillant, dans ses meilleurs moments, le souvenir de Janet Baker, lui tout simplement bouleversant dans un rôle qu'il a désormais marqué de sa personnalité, à la fois mâle et vulnérable. Magnifiques aussi, la Diane de Katherine Watson (la plus convaincante que nous ayons entendue depuis Jennifer Smith), l'Hippolyte ardent d'Ed Lyon et, dans un rôle hélas trop bref, le Suivant de l'Amour de Mathias Vidal ; satisfaisants, les trois divinités tenues par François Lis, la Grande-Prêtresse (et le Rossignol) d'Emmanuelle de Negri ainsi que le Mercure de Samuel Boden. Seule une Christiane Karg étranglée et une Ana Quintans chantant trop droit et haut déçoivent au sein de ce casting de luxe.

Olivier Rouvière

Retour liste cd-dvd-livres


Paiement sécurisé



L'Avant-Scène Opéra

15, rue Tiquetonne
B.P. 6244
75062 Paris
Cedex 02


Tél : 01 42 33 51 51
(+33) 1 42 33 51 51
Fax : 01 42 33 80 91
(+33) 1 42 33 80 91


VOS COMMANDES

 
 
Les commandes passées avant
midi sont expédiées le jour même. Livraison en 2-3 jours en France metropolitaine.

 

Vente sur place :

15 rue Tiquetonne 75002 Paris

9h-13h - 14h-18h vendredi 9h-12h



SPECIAL ETUDIANTS

 

25 % de réduction accordée aux étudiants: merci de s'enregistrer sur le site et de nous adresser la copie de votre carte d'étudiant par mail à contact@asopera.fr pour obtenir un code promo personnel.



NOUS LIRE EN PDF

Vous pouvez lire notre revue, et l'imprimer, grâce aux fichiers PDF (et ePub pour certains titres)  téléchargeables après payement. La qualité d'affichage (haute ou moyenne) de ces fichiers est indiquée et varie selon la date d'édition de la revue. Ils sont destinés à un usage personnel, privé et gratuit.