Français  Anglais
Facebook

Recherche rapide par titre ou compositeur

Critiques cd-dvd et livres

Guillaume Tell

Rossini



 

Gerald Finley (Guillaume Tell), Malin Byström (Mathilde), John Osborn (Arnold), Enkeledja Shkosa (Hedwige), Sofia Fomina (Jemmy), Eric Halfvarson (Melchthal), Nicolas Courjal (Gesler), Alexander Vinogradov (First), Orchestre du ROH Covent Garden, dir. Antonio Pappano, mise en scène : Damiano Michieletto (Londres, 5 juillet 2015).

DVD Opus Arte OA 1205 D. Distr. DistrArt Musique.

 

Tel Graham Vick en 2013 à Pesaro (DVD Decca), Damiano Michieletto exacerbe le propos politique du livret schillérien acclimaté aux conventions du futur Grand Opéra à la française. Comme lui, il déverse des flots d’hémoglobine sur la scène pour être sûr d’être bien compris. A son exemple, il sacrifie le travail de direction d’acteurs à son postulat intellectuel. Les Suisses opprimés par la monarchie autrichienne se voient ici élevés au rang de symbole du déracinement des peuples colonisés ou asservis par les tyrans et soldatesques de tous ordres. Ce Guillaume Tell, dont la légende patriotique était hier brandie par les jacobins artisans de la Terreur, demeure, grâce au romantisme de Schiller et au militantisme de Michieletto, le héros de la liberté guidant les peuples. Mais façon regietheater, avec transposition obligée dans un contexte guerrier très actuel. Vous avez dit déracinement ? L’omniprésence, au centre du plateau, d’une énorme souche d’arbre autour de laquelle se massent les bannis de la terre helvétique, en est la métaphore emblématique. A la fin de la représentation, cet arbre mort s’élève vers le ciel et un enfant vient planter une jeune pousse en terre, refermant la boucle de la parabole initiée au lever de rideau par les pages d’une bande dessinée à la gloire de Guillaume. Le meilleur de la dramaturgie réside en effet dans la thématique de la filiation (Tell-Jemmy, Mechtal-Arnold), habilement soulignée et culminant dans la scène de la pomme.

Pappano est ici concentré, tempéré dans ses élans, généreux sans ostentation, alors que nous regrettions l’activisme de sa direction dans l’enregistrement audio du concert romain de 2010 publié par EMI (voir L’ASO n° 265). Le tandem masculin réunissait déjà le Tell si humain de Gerald Finley et l’Arnold improbable de John Osborn. Bis repetita : le premier demeure le baryton noble et pétri de générosité que nous découvrions alors et que l’image nous rend encore plus émouvant. La tessiture du rôle appelle sans doute des graves plus profonds mais, sans chercher à rivaliser avec le créateur Dabadie ou les émules d’un Marcel Journet, l’artiste confirme les promesses du chanteur. Osborn nous paraît à l’inverse échouer dans sa volonté d’incarner, au sens plein du terme, le meneur d’hommes libertaire, dont il ne possède ni le charisme ni surtout le potentiel vocal. L’ébriété belcantiste des opéras rossiniens de jeunesse permettait à ce chanteur d’y faire oublier un timbre ingrat par une ébouriffante maîtrise des roulades stratosphériques. Il se retrouve dans la situation de l’albatros baudelairien : ses ailes l’empêchent de marcher. Evoquer Nourrit ou Duprez n’aurait aucune pertinence tant notre ténor est dépourvu d’ampleur comme de soutien. L’acte IV et son « Suivez-moi ! » arrivent donc un peu tard pour lui permettre de jouer la carte de son registre aigu, vilain de couleur au I, dans le duo « Ah Mathilde ! » Une Mathilde engoncée dans une émission aussi opaque que la sombre forêt où s’épanche sa romance. Le sentiment est juste, l’intonation également, mais l’articulation peine et la ligne jamais ne se libère. Sans compter qu’une soprano tirant vers le mezzo dans les bras d’un séducteur aussi clairet ne vous fait pas un couple des mieux assortis. Excellente en revanche Sofia Fomina, la jeune chanteuse russe hier applaudie à Londres en Isabelle de Robert le Diable, épatante en Jemmy, quand Hedwige se contente d’émouvoir. N’insistons pas sur l’impossible nasalité et le sabir du Pêcheur, encore moins sur le calamiteux Melchthal, mais créditons le peu idiomatique Vinogradov d’une belle prestance en Furst. Un salut à notre compatriote Nicolas Courjal pour la belle tenue de son gouverneur Gessler, et pour finir un autre aux Chœurs maison.

Avant de retourner à la version pesaraise et d’ y retrouver Flórez sous la baguette superlative de Mariotti…

Jean Cabourg

Retour liste cd-dvd-livres


Paiement sécurisé



L'Avant-Scène Opéra

15, rue Tiquetonne
B.P. 6244
75062 Paris
Cedex 02


Tél : 01 42 33 51 51
(+33) 1 42 33 51 51
Fax : 01 42 33 80 91
(+33) 1 42 33 80 91


VOS COMMANDES

 

Les commandes passées avant 12 heures sont expédiées le jour même. Livraison en 2-3 jours en France metropolitaine.

 

Vente sur place : 15 rue Tiquetonne 75002 Paris

9h-13h — 14h-18h vendredi 9h-12h



SPECIAL ETUDIANTS

 

25 % de réduction accordée aux étudiants: merci de s'enregistrer sur le site et de nous adresser la copie de votre carte d'étudiant par mail à contact@asopera.fr pour obtenir un code promo personnel.



NOUS LIRE EN PDF

Vous pouvez lire notre revue, et l'imprimer, grâce aux fichiers PDF (et ePub pour certains titres)  téléchargeables après payement. La qualité d'affichage (haute ou moyenne) de ces fichiers est indiquée et varie selon la date d'édition de la revue. Ils sont destinés à un usage personnel, privé et gratuit.