Français  Anglais
Facebook

Recherche rapide par titre ou compositeur

Critiques cd-dvd et livres

DIDON ET ENÉE

Purcell

 

Vivica Genaux (Didon), Henk Neven (Enée), Ana Quintans (Belinda), Marc Mauillon (l'Enchanteresse, Un marin), Le Poème Harmonique, Chœur Accentus, dir. Vincent Dumestre, mise en scène : Cécile Roussat & Julien Lubek (mai 2014, Opéra de Rouen Haute-Normandie).

DVD Alpha 704. Distr. Outhere.

 

On aurait aimé s'enthousiasmer pour une nouvelle Didon filmée : la vidéographie de l'ouvrage est maigre et frustrante, à l'exception de la belle réussite captée à l'Opéra-Comique en 2008 (Christie/Warner, DVD FRA) - les versions « de chorégraphes », Sasha Waltz ou Wayne McGregor, restant plus intéressantes que réellement convaincantes. Mais ici l'alchimie ne prend pas, et de beaucoup.

 

Non que le projet n'ait été pensé en équipe : à l'imaginaire coloré et fantaisiste de la scénographie, un rien orientalisante, répond la recherche de Vincent Dumestre, à la tête du Poème Harmonique, de sonorités chatoyantes et délicates, de rythmiques voyageuses regardant même du côté de l'arabo-andalou. A la place visuelle accordée à la danse (versant acrobatique), le chœur (excellent Accentus) étant pour sa part relégué en fosse, répond aussi le développement de pièces orchestrales libres, et parfois de chaconnes semblant se dérouler et s'auto-générer comme le fil des songes. Mais à l'image le fossé entre l'intention et la réalisation crève le regard : la féerie naïve accuse son factice (les voilages pour figurer la mer, les rochers de carton-pâte) sans le poétiser, les effets dévoilent leurs limites (les Sirènes-Sorcières battent de la queue bien pauvrement), les costumes révèlent en gros plans des matériaux franchement laids. Involontairement kitsch, cet univers - entièrement signé par les deux metteurs en scène Cécile Roussat et Julien Lubek - ne permet ni l'émotion dramatique, ni l'émerveillement fantastique.

 

Si la lecture de Dumestre impose de vrais choix, sa Didon n'est hélas pas la Reine de Carthage (et du lamento) attendue. Dès son premier air « Ah, Belinda ! », Vivica Genaux agresse l'oreille : un vibrato trémulant, un timbre fabriqué et peu séduisant - à la fois nasal et laryngé -, des problèmes de justesse et de souffle (c'est dire qu'elle n'est pas ici dans son emploi !) rendent son chant fort désagréable. Sa mort - « When I am laid » miaulé, trafiqué de son en son ! - est un ratage attristant voire scandaleux. En comparaison, Ana Quintans (Belinda) est un modèle d'émission saine et d'incarnation touchante. Enée correct, Enchanteresse parfaitement méchante et grotesque - au sens premier du terme -, dans sa version « baryton léger déjanté » par Marc Mauillon. Mais sans Didon ni poésie scénique, que leur, que nous reste-t-il ?

Chantal Cazaux

Retour liste cd-dvd-livres


Paiement sécurisé



L'Avant-Scène Opéra

15, rue Tiquetonne
B.P. 6244
75062 Paris
Cedex 02


Tél : 01 42 33 51 51
(+33) 1 42 33 51 51
Fax : 01 42 33 80 91
(+33) 1 42 33 80 91


VOS COMMANDES

 

Les commandes passées avant 12 heures sont expédiées le jour même. Livraison en 2-3 jours en France metropolitaine

 

Vente sur place :

15 rue Tiquetonne 75002 Paris

9h-13h - 14h-18h

vendredi 9h-12h



SPECIAL ETUDIANTS

 

25 % de réduction accordée aux étudiants: merci de s'enregistrer sur le site et de nous adresser la copie de votre carte d'étudiant par mail à contact@asopera.fr pour obtenir un code promo personnel.



NOUS LIRE EN PDF

Vous pouvez lire notre revue, et l'imprimer, grâce aux fichiers PDF (et ePub pour certains titres)  téléchargeables après payement. La qualité d'affichage (haute ou moyenne) de ces fichiers est indiquée et varie selon la date d'édition de la revue. Ils sont destinés à un usage personnel, privé et gratuit.